Le Nakaz de Catherine II et l’absolutisme éclairé en Europe

Appel à communication

Le Nakaz de Catherine II (Instruction pour la Commission chargée de dresser le projet d’un nouveau Code des lois, 1767) représentait-il une tentative réelle et originale du pouvoir suprême de l’Empire russe pour introduire dans la pratique législative certaines idées et valeurs des Lumières européennes ? Pouvons-nous reconnaître que les origines manifestement « philosophiques » du Nakaz, qui incorporait de larges emprunts aux penseurs du XVIIIe siècle, tels que De l’esprit des lois de Montesquieu, Des délits et de peines de Beccaria et quelques autres, ont assuré à l’ouvrage de l’impératrice une place parmi les textes les plus libéraux des Lumières russes ? Une telle approche a permis à l’historien russe Vassili Klutchevski de conclure, vers 1890 : « Si le Nakaz n’avait pas pu introduire chez nous un régime général nouveau, il avait quand même diffusé dans les couches supérieures de la société un nouvel esprit civique ».

Mais le Nakaz ne représentait-il pas tout au contraire un acte de pure propagande, une simple compilation de déclarations démagogiques destinées à tromper l’opinion publique et à masquer la nature despotique du pouvoir dans un empire où régnait la servitude ? Le contraste profond qui sautait aux yeux à la confrontation des grands principes annoncés par l’instruction impériale avec la sombre réalité de la vie russe a incité Alexandre Pouchkine à traiter Catherine II de « Tartuffe en jupe et couronne », dans ses Notes sur l’histoire russe du XVIIIe siècle, écrites lors de son exil à Chisinau, en 1822, et à accuser le Nakaz d’une hypocrisie qui n’éveillait qu’une « légitime indignation ». En Occident, où le « code de Catherine » est devenu objet de réflexion et d’interprétation, grâce à une large diffusion de ses traductions à la fin du XVIIIe siècle, ce contraste est devenu encore plus net avec le renouvellement des idées et des pratiques politiques suscité par la Révolution française.

Cette dernière approche a dominé la recherche tout au long des XIXe et XXe siècles, et elle n’est pas négligée de nos jours. Au début du XXIe siècle le Nakaz est encore souvent perçu comme un élément du mythe étatique russe. À la différence des réformes modernisatrices tentées par Frédéric II, Joseph II et autres souverains tenus pour des « despotes éclairés », l’absolutisme éclairé en Russie est toujours interprété par certains auteurs surtout comme le produit de la mythologie politique créée par le pouvoir suprême russe dans le but de développer et de renforcer le régime autocratique (voir, par exemple, les travaux de Victor Jivov, grand philologue et linguiste russe, ou Richard Wortman, grand spécialiste américain de l’histoire russe des temps modernes).

Peut-on affirmer cependant que cette même aspiration était absolument étrangère à Frédéric II, à Joseph II ou à d’autres « despotes éclairés » qui ont tenté de moderniser leurs pays à l’époque des Lumières ? Peut-on considérer que la dissemblance entre les différentes versions nationales d’absolutisme éclairé en Europe occidentale et orientale s’est finalement révélée si considérable qu’elle interdit d’y voir un phénomène commun ? Les organisateurs de ce colloque espèrent obtenir des nouvelles réponses à ces questions et à d’autres interrogations qui se posent à l’approche de ce problème, qui reste fort et controversé, à travers le prisme du Nakaz.

Ce colloque réunira des historiens, des littéraires, des philosophes, des linguistes, des spécialistes d’autres disciplines pour discuter de manière pluridisciplinaire des nouvelles approches pour l’étude (y compris comparative) des idéologies et des pratiques de l’absolutisme éclairé dans les différents pays d’Europe, en accordant une attention particulière à la politique culturelle et à son rôle dans l’évolution idéologique des élites européennes.

Nous invitons tous les chercheurs intéressés à soumettre des propositions de sujets à discuter présentant des études originales sur le thème annoncé. Nous privilégions les aspects suivants :

– Les Lumières et l’absolutisme : stratégies respectives ;

– Le philosophe et le monarque : entre l’admiration et la méfiance ;

– Idéologies et pratiques de l’absolutisme éclairé en Europe ;

– Réformes réussies, réformes ayant échoué, réformes manquées ;

– Le discours réformateur au siècle les Lumières ;

– Le Nakaz de Catherine II : sources, traductions, circulation, réception

Nous espérons que la situation épidémiologique nous permettra ne nous réunir dans le cadre de ce colloque à Lyon en octobre 2022. Les dates exactes seront précisées prochainement.

Les propositions (le titre de la communication, le nom de l’auteur et son affiliation aussi qu’un bref résumé) doivent être adressées aux organisateurs :

Nadezda Plavinskaia, nplav@mail.ru

Serguei Karp, s.karp@mail.ru

Catherine Volpilhac-Auger catherine.volpilhac@ens-lyon.fr.

Les langues du colloque sont le français et l’anglais.

La date limite du dépôt des candidatures est le 30 octobre 2021.

Les organisateurs communiqueront leur décision avant la fin du mois de novembre 2021.

En anglais : http://prince18.hypotheses.org/?page_id=269

En russe : https://prince18.hypotheses.org/appel_russe