À propos

Ce programme a pour objectif d’étudier les fondements historiques et politiques de l’absolutisme ou « despotisme éclairé » à travers la France, l’Allemagne et la Russie, mais aussi l’Europe entière. Le rôle de la pensée des Lumières dans la pensée politique de l’époque moderne et la naissance des États-Unis et l’influence de Montesquieu sur la constitution américaine sont bien connus ; nous essaierons d’appréhender la manière dont celle-ci a été adaptée et diffusée grâce à un événement politique qui mérite d’être replacé au centre du débat, connu sous le nom de Nakaz (1767) ou projet de réforme de Catherine II, impératrice de Russie, profondément imprégné de la pensée de Montesquieu : son influence a été considérable sur toute la pensée occidentale, contribuant à constituer la notion de « despotisme éclairé », particulièrement en Allemagne.

Programme

  1. Nous reviendrons d’abord aux textes fondamentaux de Montesquieu, en particulier les Réflexions sur le caractère de quelques princes et « De la politique », seul chapitre subsistant du Traité des devoirs, textes brefs qui critiquent l’approche machiavélienne pour favoriser une nouvelle conception de la politique ; ils feront l’objet d’une nouvelle édition en ligne (2020-2021), conforme aux recommandations européennes FAIR (Facility of location, Accessibility, Interoperability, availablility for Reuse), en accord avec l’Assemblée nationale qui possède le manuscrit de « De la politique » et en fournira la numérisation. Ces éditions seront accessibles sur le site Montesquieu. Bibliothèque & éditions (ENS de Lyon).
  2. Nous élargirons la question en travaillant sur la manière dont au XVIIIe siècle les philosophes définissent le « prince éclairé », un idéal parfois tenu pour dangereux car il accoutume les sujets à l’obéissance. L’action politique, au contact de la réalité, doit-elle s’écarter de la morale et suivre ses propres règles ? C’est aussi l’occasion de mesurer l’influence de L’Esprit des lois sur des penseurs comme Rousseau, chez qui certains critiques ont vu autrefois les germes du totalitarisme moderne, telle que l’a défini Hannah Arendt, tout en reconnaissant en Montesquieu le fondement des libertés américaines : cette ambivalence mérite d’être tirée au clair. Cela fera l’objet d’une journée d’étude [remplacée par un webinaire] destinée à renforcer les enjeux théoriques de la question (printemps 2021).
  3. Cela constituera le support théorique d’un colloque international de trois jours (Lyon, automne 2022), « Le Nakaz de Catherine II et l’“absolutisme éclairé” dans l’Europe du XVIIIe siècle ». Ce colloque permettra de définir avec précision les notions d’absolutisme et de despotisme éclairé à partir du Nakaz, qui apparaît comme un des événements majeurs du règne de Catherine II et un des textes-clés de la pensée politique à partir des années 1770. Son influence et ses conséquences doivent être approfondies : comment a-t-il été compris et interprété ? Comment les débats qu’il a provoqués à travers toute l’Europe ont-ils contribué à renforcer la réflexions sur les modes de gouvernance et la souveraineté ? Quels usages polémiques et politiques en ont été faits ?

Les actes du colloque seront publiés en 2023 à Moscou (en français, anglais ou russe).

  1. Un dossier historique et critique (« Dossier Nakaz ») sera en parallèle préparé en vue d’une publication en 2024 en France ; il rassemblera les conclusions de l’ensemble du programme dont il constituera la pièce maîtresse. Approfondissant l’étude du Nakaz en lui-même, de ses sources et de ses enjeux, étudiant sa diffusion et ses traductions à partir de l’étude publiée en russe par Nadia Plavinskaia en 2018, il fournira tous les moyens de comprendre l’ouvrage : Nadia Plavinskaia pourra ainsi reprendre sur de nouvelles bases la relation à L’Esprit des lois, mais aussi à des sources telles que Beccaria (Des délits et des peines), les Institutions politiques de Bielfield (1760), ou des auteurs russes comme Semen Desnitski (1768), un disciple d’Adam Smith, ce qui place le Nakaz au confluent de divers courants de pensée européens. En étudiant la circulation de l’ouvrage, à travers l’analyse de trente-deux éditions en dix langues (français, allemand, anglais, italien, grec, néerlandais, suédois, polonais, moldave, latin), elle pourra en restituer l’influence, en particulier en France où la crise parlementaire des années 1770 et la « Révolution Maupeou » qui vise à abolir les parlements (1770-1774) le font interdire : signe incontestable d’une fécondité qui en fait un texte majeur de la pensée politique.

Bibliographie/historiographie

Conçu au XVIIIe siècle par Montesquieu, Kant, Rousserau, Mercier de La Rivière ou Diderot, l’image du “prince éclairé” a pris au XIXe siècle la forme du concept historiographique de « despotisme/absolutisme éclairé ». L’approche classique, formulée en 1847 par l’économiste allemand Wilhelm Roscher, a été reconsidérée au début des années 1960 par des historiens (François Bluche, Le Despotisme éclairé, 1967 ; John G. Gagliardo, Enlightened Despotism, 1967 ; Enlightened Despotism, Stuart Andrews et alii dir., 1968. Mais le sujet est resté crucial pour toute approche de l’histoire du XVIIIe siècle : Charles Ingrao, « The problem of Enlightened Absolutism and the German States », Journal of Modern History, 1986 ; Enlightened Absolutism: reform and reformers in later eighteenth-century Europe, H. M. Scott dir., 1990 ; J. Meyer, Le Despotisme éclairé, 1991 ; C. L. Mueller, « Enlightened Absolutism », Austrian History Yearbook, 1994 ; M. Vovelle, G. Lemarchand, M. Gilli, M. Cubells, Le Siècle des Lumières, L’Apogée 1750-1789, t. II, 1997 ; J. Schlobach, « Prince éclairé, absolutisme éclairé », Dictionnaire européen des Lumières, 1997.

La réflexion, menée surtout par des historiens de la fin du XXe siècle, mérite d’être reprise sur de nouvelles bases et de manière transdisciplinaire, en revenant aux textes mêmes qui ont théorisé la question (Montesquieu, Voltaire, Diderot), en les confrontant aux discussions suscitées par le Nakaz et en élargissant la perspective à l’Europe, l’Allemagne ayant constitué en l’occurrence un véritable carrefour de la pensée.

L’équipe

Réunissant des chercheurs membres d’équipes reconnues en France, Russie et États-unis (qui ont déjà travaillé ensemble), le projet s’appuie sur une interdisciplinarité absolument indispensable à l’histoire des idées (entre philosophes, spécialistes de littérature, historiens, spécialistes de l’histoire des textes, des idées et des concepts), qui est un des points forts du laboratoire IHRIM (Institut d’histoire des représentations et des idées à l’époque moderne, UMR 5317, CNRS et ENS de Lyon).

Ainsi se trouve renforcée l’activité des chercheurs impliqués dans ce projet : la connaissance des idées des Lumières et leur influence sur la pensée politique d’aires culturelles différentes (Allemagne, France, Russie). Les porteurs du projet en France sont

  • Anne Lagny, spécialiste d’histoire des idées, en particulier des représentations des idées religieuses et politiques dans la littérature et la philosophie allemandes au XVIIIe siècle (elle s’intéresse notamment aux questions historiographiques qui permettent de comprendre comment les Lumières allemandes sont perçues) ; elle travaille avec des étudiants en doctorat dans des domaines tels que l’histoire allemande des idées, et sur leurs équivalents français dans une perspective franco-allemande essentielle pour la diffusion des idées à l’âge de Lumières ;
  • Catherine Volpilhac-Auger, professeur émérite de littérature française, dirige une équipe internationale (40 chercheurs) constituée pour l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu ; elle a publié plusieurs ouvrages avec Philip Stewart (connu aussi comme spécialiste de Rousseau), et a créé plusieurs sites web consacrés à Montesquieu. Avec Myrtille Méricam-Bourdet, spécialiste de Voltaire, elle travaille sur l’histoire des idées (« La fabrique du XVIe siècle au siècle des Lumières »).

En Russie

  • Nadia Plavinskaia, co-directeur du projet, historienne, travaille sur la réception de la pensée de Montesquieu en Russie au XVIIIe siècle ; dans cette perspective, elle a rassemblé un important dossier sur le Nakaz de Catherine II.
  • Sergei Karp, historien, qui dirige la série « Le siècle des Lumières » publiée en plusieurs langues à Moscou (7 volumes à ce jour), a publié des ouvrages sur Voltaire, Diderot et Grimm.

 

La participation de ces spécialistes rend possible non seulement l’élargissement de la réflexion à de nombreux auteurs essentiels pour l’histoire des idées au XVIIIe siècle, mais aussi la mise en lumière des intermédiaires culturels, comme Grimm, entre l’Allemagne, la France et la Russie. Différents champs disciplinaires sont également couverts.

 

Un webinaire, un colloque et trois publication (une en ligne, deux imprimées) permettront de créer un réseau de chercheurs (philosophes, historiens, littéraires… en France, Hongrie, Russie, États-Unis) qui se consacrent aux relations entre la philosophie et le pouvoir au XVIIIe siècle, et de produire des connaissances nouvelles sur l’influence de la pensée française et sur une œuvre majeure de la pensée européenne : le Nakaz.